Collectif Urgence Solidarité Syrie / Communiqué du 15 septembre 2O13

Publié le par Journal L'Autre-ment

Fête de l’Humanité
Débat sur la Syrie : une présence indécente à la tribune

Le « débat » sur le thème « Syrie : comment sortir de l’impasse » à l’initiative du journal l’Humanité, qui s’est tenu samedi dans l’espace du Village du Monde, aurait pu être l’occasion d’un véritable échange enrichissant dans la confrontation des idées.
Malheureusement, les intervenants choisis étaient loin d’être représentatifs de l’ensemble de l’opposition syrienne. Certains, au-delà de leur notoriété médiatique en France, ne représentant qu’une minorité des Syriens.
Bien plus grave est la présence comme intervenant de M. Alexandre Martchenko, conseiller politique de l’ambassade de Russie en France.
Une présence indécente, tandis que le régime de Bachar El Assad continue de bombarder sa population grâce à la fourniture massive par la Russie d’aéronefs, d’armes conventionnelles, de missiles balistiques, et grâce à la mise à disposition d’experts russes pour les mettre en œuvre .
Une présence indécente, lorsque l’on sait que depuis mars 2011, la Russie avec la Chine ont bloqué systématiquement, par leur véto au Conseil de Sécurité de l’ONU, toutes les résolutions qui auraient pu permettre de saisir la Cour Pénale Internationale, d’imposer la libre circulation des organisations humanitaires et peut-être ainsi d’éviter l’escalade de la barbarie.
Une présence équivoque alors que ce conseiller a tenu lors d’un récent débat à Radio-Courtoisie, des propos relayant la propagande du régime Al Assad aux côtés d’orateurs bien connus partageant cette orientation.
Aucun des intervenants n’a prononcé les mots « crimes de guerre, crimes contre l’humanité, impunité ». Ce silence assourdissant est significatif de la partialité de ce « non débat ».
« Solidarité internationale » est un beau slogan des plus symboliques de la Fête de l’Humanité. Les Syriens n’auront pu cette année en entendre la traduction.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article