Intervention policiere à l'université Paris8 - Saint Denis.

Publié le par Journal L'Autre-ment

Fin de mandat paranoïaque et sécuritaire pour Pascal BINCZAK, président de l'université paris 8 - Saint Denis : 
Vendredi 11 mai, en panique apres une action organisée par des étudiant-e-s et des membres du personnel contre sa politique, il a appelé la police et le prefet du 93 (Lambert) à son secours. 
2 étudiants ont été arretés et la fac est en ébulition depuis. 

Explication de la journée en vidéo : 

 

 

Plus d'info sur le site  Débattre à paris8 : 
(qu'est-ce que le PRES le projet de BINCZAK, plus de témoignages sur la journée de vendredi 11 mai...)

Police partout, démocratie nulle part

Vendredi 11 mai, le président de l’université réclamait une intervention de la BAC suite à l’entrée d’une délégation d’étudiant-e-s, enseignant-e-s et BIATOSS au conseil d’administration. Cette délégation venait manifester son refus du projet PRES voté dans des conditions précipitées et sans concertation. Sur ordre du président, les forces de l’ordre ont arrêté deux étudiants et ont bousculé l’ensemble des manifestants.
>>
>> La séance préalablement levée a pourtant repris illégalement en nombre restreint dans le bureau du président. Scandalisée, la communauté universitaire a décidé d’organiser une assemblée générale. Sans surprise, 300 personnes s’y sont rendues, actant la motion suivante

Vendredi 11 mai, le président de l’université a réclamé l’intervention de la police. Ceci est une provocation inédite que l’assemblée générale réunie le 14 mai condamne avec la plus grande fermeté. L’AG exige la démission de son auteur, le président Pascal Binczak, et la levée des poursuites contre les étudiants. L’AG dénie toute légitimité aux conseils sortants pour voter les statuts du PRES qui engage l’avenir de l’université.

L’Assemblée a aussi acté une journée de grève le

mardi 15 mai.

Cette journée de grève active a réussi à rassembler plus de 400 personnes et a réaffirmé la motion adoptée la veille.

A la fin de l’Assemblée, il a été décidé d’envoyer une délégation à la présidence de l’Université. Une centaine de personnes se sont déplacées et ont reçu pour toute réponse une porte close. Leurs seuls interlocuteurs furent de nombreux vigiles muets. Enfermé dans son bureau, le président de l’Université est resté sourd aux revendications de la communauté universitaire.

L’assemblée générale du mardi 15 mai appelle à un
rassemblement dans le hall d’entrée du bâtiment A le
vendredi 18 mai à 9h.

Nous empêcherons la tenue d’un nouveau CA convoqué

Publié dans Université-Ecole

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article